Expérience de mort imminente

Une expérience de mort imminente (EMI) est une expérience personnelle profonde associée à la mort ou à la mort imminente qui, selon les chercheurs, partage des caractéristiques similaires. Lorsqu’elles sont positives, de telles expériences peuvent englober une variété de sensations, notamment le détachement du corps (décorporation), des sentiments de lévitation, une sérénité totale, la sécurité, la chaleur, l’expérience de la dissolution absolue et la présence d’une lumière. Lorsqu’elles sont négatives, de telles expériences peuvent inclure des sensations d’angoisse et de détresse.

Les explications des EMI varient du scientifique au religieux. La recherche en neurosciences émet l’hypothèse que l’expérience de mort imminente est un phénomène subjectif résultant de « l’intégration multisensorielle corporelle perturbée » qui se produit lors d’événements menaçant la vie, alors que certaines croyances transcendantales et religieuses sur une vie après la mort incluent des descriptions similaires aux EMI.

Vous êtes intéressés par les expériences de mort imminente ? Consultez notre sélection de livres.

Livres sur l’expérience de mort imminente

Romans

Matriochkas de Simon LAROCHE

Vous pouvez vous procurer Matriochkas sur Amazon.fr (ebook, broché ou relié) ou sur Rakuten Kobo (eBook).

Matriochkas sur Amazon
Format Kindle
3,99 €
Matriochkas sur Amazon
Broché
13,99 €
Matriochkas sur Amazon
Relié nouveau
18,99 €
Acheter Matriochkas sur Kobo
Acheter l’eBook
3,99 €

Matriochkas nous conte l’histoire d’une jeune fille adoptée qui, à la suite d’un accident, va vivre une expérience de mort imminente au cours de laquelle elle va découvrir son passé : la vie de sa mère et de sa grand-mère. Elle va comprendre le pourquoi de sa destinée, le pourquoi de l’existence et ce qu’est l’acceptation de tout. Une véritable leçon de vie.

Ouvrages

La Vie après la Vie de Raymond MOODY

Vous pouvez vous procurer La Vie après la Vie sur Amazon.fr (ebook, broché ou relié) ou sur Rakuten Kobo (eBook).

La Vie après la Vie sur Amazon
Format Kindle
4,99 €
La Vie après la Vie sur Amazon
Broché, à partir de
0,99 €
La Vie après la Vie sur Amazon
Relié, à partir de
2,04 €
Acheter La Vie après la Vie sur Kobo
Acheter l’eBook
4,99 €

La Vie après la Vie est un livre de 1975 écrit par le psychiatre Raymond Moody. Il s’agit d’un rapport sur une étude qualitative dans laquelle Moody a interrogé 150 personnes ayant subi des expériences de mort imminente (EMI). Le livre présente le récit composite de l’auteur sur ce que c’est que de mourir.

EMI tunnel
La lumière au bout du tunnel au cours d’une expérience de mort imminente

Étymologie

Le terme français « expérience de mort imminente » a été proposé par le psychologue et épistémologue français Victor Egger à la suite de discussions dans les années 1890 entre philosophes et psychologues concernant les récits de grimpeurs sur la revue de vie panoramique qui se produisait pendant les chutes. En 1892, une série d’observations subjectives d’ouvriers tombant d’échafaudages, de soldats de guerre blessés, d’alpinistes tombés de haut ou d’autres individus ayant frôlé la mort (au bord de la noyades, accidents) est rapportée par Albert Heim. C’était aussi la première fois que le phénomène était décrit comme un syndrome clinique. En 1968, Celia Green a publié une analyse de 400 témoignages d’expériences hors du corps. Cela représentait la première tentative de fournir une taxonomie de telles expériences, considérées simplement comme des expériences perceptives anormales, ou des hallucinations. En 1969, Elisabeth Kubler-Ross, psychiatre américano-suisse et pionnière des études sur la mort imminente, a publié son livre Les derniers instants de la vie : ce que les mourants ont à enseigner aux médecins, aux infirmières, au clergé et à leurs propres familles. Ces expériences ont également été popularisées par les travaux du psychiatre Raymond Moody, qui a inventé en 1975 le terme « expérience de mort imminente » comme un terme générique pour les différents éléments : la décorporation, la revue de vie, la lumière, le tunnel ou la frontière… Le terme d’« expérience de mort imminente » avait déjà été utilisé par John C. Lilly en 1972.

Caractéristiques

Éléments communs

Les chercheurs ont identifié les éléments communs qui définissent les expériences de mort imminente. Bruce Greyson (professeur émérite de psychiatrie et de sciences neurocomportementales à l’université de Virginie) soutient que les caractéristiques générales de l’expérience incluent des impressions d’être en dehors de son corps physique, des visions de parents décédés et de figures religieuses et la transcendance des frontières égotiques et spatio-temporelles. De nombreux éléments communs ont été rapportés, bien que l’interprétation de ces événements par la personne corresponde souvent aux croyances culturelles, philosophiques ou religieuses de la personne qui en fait l’expérience. Par exemple, aux États-Unis, où 46% de la population croit aux anges gardiens, les « êtres de lumière » sont souvent identifiés comme étant des anges ou des êtres chers décédés (ou sont non identifiés), tandis que les hindous les identifieront souvent comme des messagers du dieu de la mort.

Les traits communs qui ont été rapportés par les expérienceurs sont les suivants :

  • Un sentiment/une conscience d’être mort ;
  • Un sentiment de paix, de bien-être et d’indolence, des émotions positives, un sentiment d’éloignement du monde ;
  • Une expérience de hors-corps : une perception de son corps depuis une position extérieure, observant parfois les professionnels de la santé effectuant des efforts de réanimation ;
  • Une « expérience de tunnel » ou entrer dans l’obscurité : sensation de monter ou de traverser un passage ou un escalier ;
  • Un mouvement rapide vers et/ou une immersion soudaine dans une lumière puissante (ou un « être de lumière ») qui communique télépathiquement avec la personne ;
  • Un sentiment intense d’amour inconditionnel et d’acceptation ;
  • La rencontre avec des « êtres de lumière », des « êtres vêtus de blanc », ou similaires. Aussi, la possibilité de retrouver ses proches décédés ;
  • La revue de vie, communément appelée « voir sa vie défiler devant ses yeux » ;
  • L’approche d’une frontière ou la décision de soi ou d’autrui de retourner dans son corps, souvent accompagnée d’une réticence au retour ;
  • Se retrouver soudain dans son corps ;
  • Lien avec les croyances culturelles détenues par l’individu, qui semblent dicter certains des phénomènes vécus pendant l’expérience de mort imminente et en particulier l’interprétation ultérieure de celle-ci.

Étapes

Kenneth Ring (professeur émérite de psychologie américain intéressé par les expériences de mort imminente) a subdivisé en 1980 l’EMI en un continuum en cinq étapes. Les subdivisions étaient :

  1. Paix ;
  2. Séparation du corps ;
  3. Entrer dans l’obscurité ;
  4. Voir la lumière ;
  5. Entrer dans un autre royaume d’existence, à travers la lumière.

Charlotte Martial, neuropsychologue de l’université de Liège et du CHU de Liège qui a dirigé une équipe qui a enquêté sur 154 cas d’expériences de mort imminente, a conclu qu’il n’y a pas de séquence fixe d’événements. Yvonne Kason MD a classé les expériences de mort imminente en trois types :

  1. Le type Décorporation ;
  2. Le type Mystique ou Lumière Blanche ;
  3. Le type angoissant.

Circonstances cliniques

Kenneth Ring soutient que les EMI vécues à la suite de tentatives de suicide ne sont statistiquement pas plus désagréables que les EMI résultant d’autres situations.

Dans une série d’EMI, 22 % se sont produites au cours d’une anesthésie générale.

Effets secondaires

Les EMI sont associées à des changements de personnalité et de vision de la vie. Ring a identifié un ensemble cohérent de changements de valeurs et de croyances associés aux personnes qui ont vécu une expérience de mort imminente. Parmi ces changements, il a trouvé une plus grande appréciation de la vie, une plus grande estime de soi, une plus grande compassion pour les autres, moins de souci d’acquérir des richesses matérielles, un sens accru du but et de la compréhension de soi, un désir d’apprendre, une spiritualité élevée, une plus grande sensibilité écologique et préoccupation planétaire, et un sentiment d’être plus intuitif. Cependant, toutes les séquelles ne sont pas bénéfiques et Bruce Greyson décrit des circonstances dans lesquelles des changements d’attitude et de comportement peuvent entraîner des problèmes psychosociaux et psychospirituels.

Rapports historiques

Les EMI ont été enregistrées depuis l’Antiquité. Le plus ancien rapport médical connu d’expériences de mort imminente a été rédigé par Pierre-Jean du Monchaux, un médecin militaire français du XVIIIe siècle qui a décrit un tel cas dans son livre Anecdotes de Médecine. Au 19ème siècle, quelques études sont allées au-delà des cas individuels – une réalisée en privé par les Mormons et une en Suisse. Jusqu’en 2005, 95% des cultures du monde ont fait mention des EMI.

Un certain nombre de sources plus contemporaines rapportent l’incidence des expériences de mort imminente comme suit :

  • 17% parmi les patients gravement malades, dans neuf études prospectives de quatre pays différents.
  • 10-20% des personnes qui ont frôlé la mort.

Études de mort imminente

Bruce Greyson (psychiatre), Kenneth Ring (psychologue) et Michael Sabom (cardiologue), ont aidé à lancer le domaine des études de mort imminente et ont introduit l’étude des expériences de mort imminente dans le milieu universitaire. De 1975 à 2005, quelque 2 500 individus autodéclarés aux États-Unis ont été examinés dans des études rétrospectives du phénomène avec 600 autres en dehors des États-Unis en Occident, et 70 en Asie. De plus, des études prospectives avaient identifié 270 personnes. Les études prospectives examinent des groupes d’individus (p. ex., des patients sélectionnés en salle d’urgence), puis déterminent qui a subi une EMI pendant la durée de l’étude ; de telles études coûtent plus cher à réaliser. Au total, près de 3 500 cas individuels entre 1975 et 2005 ont été revus dans l’une ou l’autre étude. Toutes ces études ont été réalisées par quelque 55 chercheurs ou équipes de chercheurs.

Melvin Morse, chef de l’Institut pour l’étude scientifique de la conscience, et ses collègues ont enquêté sur les expériences de mort imminente dans une population pédiatrique.

©experience-de-mort-imminente.fr, tous droits réservés 2021.